Réaction à : "Le sexe gratuit n'existe pas" (Tugan)

Bonjour à tous,

Je viens réagir brièvement au message audio partagé par JM sur Telegram, un message enregistré par Tugan au sujet de la gratuité du sexe.

Je ne suis pas d’accord avec Tugan, et probablement pas avec JM non plus pour le coup.

D’abord je résume le propos de Tugan, en gros :

1 - Rien n’est gratuit, on dépense toujours (ou quelqu’un d’autre dépense à notre place) pour obtenir quelque chose, un produit ou service.
2 - Le sexe est un service qui ne déroge pas à cette règle.
3 - Les femmes détiennent ce service pour l’homme qui est le client (que la femme soit pute ou non.)

Je voudrais poser quelques questions :

Pourquoi les femmes auraient le monopole de la ressource qu’est le sexe ?

Les femmes n’ont-elles pas besoin également de sexe autant que les hommes ? (pour moi, si)

Au final je pense que les femmes détiennent la meilleure stratégie marketing de tous les temps :
Faire croire aux hommes que le sexe est une ressource qu’ELLES détiennent et qu’elles offrent.

Parlons maintenant du sex tao de JM.
J’ai acheté la formation il y déjà quelques temps maintenant.
On y apprend que l’homme PERD de l’énergie en éjaculant.
Et on y apprend que l’homme doit contrôler son éjaculation pour contrôler donc son énergie et ses ressources.

Si on suit la logique dont parle Tugan, l’homme est perdant dans la transaction sexuelle où c’est la femme qui offre le sexe :
- Il dépense de l’énergie pour avoir le droit d’en perdre.

Les femmes ont créé l’opération marketing la plus puissante au monde en faisant croire aux hommes que ce sont elles qui détiennent le sexe, alors que ce sont elles qui en ont le plus besoin et qui perdent le moins d’énergie en le pratiquant.

Au contraire elles en gagnent :

  • Après l’orgasme elles ressentent une sensation de plénitude.
  • Quand l’homme n’éjacule pas, elles se sentent trahies (comme s’il leur manquait quelque chose, une ressource ?)
  • On dit d’un homme qui baise sa femme qu’il « honore sa femme »
  • Au sens symbolique on dit d’un homme qu’il « donne » sa « semence »
  • Etc.

Bon je retourne bosser, mais vous avez compris l’idée, en espérant que mon point de vue aura été pertinent pour vous et que le sujet intéressera !

Bonne journée ! :slight_smile:

15 J'aimes

Je suis à la fois d’accord avec toi et avec Tugan, je trouve que vos propos ne s’opposent pas.

Je rajouterai même que les femmes aiment davantage le sexe que les hommes. Alors pourquoi le rapport de force leur est favorable et sommes nous obligé de payer d’une manière ou d’une autre ?

Je dirai que l’homme est le garant de la quantité alors que la femme est le garant de la qualité.

Pour des raisons génétiques et logiques, si une femme fait l’amour avec plusieurs hommes la même semaine en recevant leur semence respective, 9 mois plus tard, il n’y aura au plus qu’un seul enfant.
Alors que si l’homme a des rapports sexuels avec plusieurs femmes en une semaine, 9 mois plus tard, il peut y avoir plusieurs naissances de femmes différentes.
Donc la femme se doit par nature d’être sélective. D’autant plus qu’elle doit choisir le mâle dominant pour élever et protéger sa progéniture. C’est cette extrême sélection à l’entrée qui la rend peu disponible, exigeante et raréfie son offre sur le marché (alors que l’homme est davantage sélectif quand il s’agit de s’engager sur du long terme).

Comme dans tout marché l’offre et la demande jouent également un rôle. Je pense que si il y avait 10% de mecs sur terre contre 90% de nanas, sans doute que le rapport de force serait inversé et qu’elles seraient davantage en demande…

5 J'aimes

Ta réflexion n’est pas mauvaise mais, le centre énergétique PRINCIPAL de l’homme est la zone génital, contrairement à la femme.

Depuis la pré-histoire, les hommes ont envie de baiser beaucoup plus que les femmes (même si elles aiment ça il n’y a pas de problème). Ce que veut dire Tugan, c’est qu’il est idiot de croire qu’aller aux putes (donner de l’argent) est dénigrant, puisque dans Toutes les situations il y a un échange d’Energie (temps, attention, argent). Si tu réfléchis bien, une amante coûte beaucoup plus cher qu’une pute.

Je crois que les femmes ont le monopole car elle ont moins besoin de sexe que nous. Je pense que la Sécurité et les Bonnes Emotions sont plus importantes pour elles que le sexe.

8 J'aimes

Entièrement d’accord avec toi.

Ces propos comptent parmi ceux avec lesquels je suis en désaccord avec JM.

En plus, c’est paradoxalement le sex-tao qui apporte le plus d’arguments à ton propos.

Dans la société qu’on connait aujourd’hui et du point de vue taoïste, l’écrasante majorité des hommes entretiennent un rapport misérable à leur sexualité (addiction au porno, auto-flagellation anti-masculine, hygiène de vie immonde, ignorance complète de ses fonctions sexuelles, concept de virilité complètement biaisé, et j’en passe).
Le mouvement féministe a ça de bien qu’il a poussé les femmes à s’approprier leur sexualité, en s’appuyant sur des études scientifiques, sur le tao et le tantrisme. Résultat, les cours de yoga sont blindés de gonzesses depuis les 40 dernières années et les femmes ont en général un rapport à leur sex un peu moins dégueulasse que nous.

Merde j’ai fait une intro beaucoup trop longue!

En gros, ce déséquilibre dans le rapport au sex fait des hommes des êtres soumis par leur propre ignorance et de leur propre libido incontrolée. Du coup, face aux femmes, évidemment qu’un rapport de force s’installe souvent, qui peut se traduire comme un modèle transactionnel.
Est-ce que c’est parfois bienveillant? Très probablement.
Est-ce que c’est sain? Pour un mec sexuellement inapte, c’est peut être le mieux qu’il puisse espérer. Le plus sain étant évidemment d’acheter les formations de JM, de se mettre à la méditation et de lire Mantak Chia.
Et c’est quoi l’idéal? Selon Mantak Chia, la pratique du sex est une pratique introspective, qu’elle se pratique seul ou accompagné. On pratique le sex comme une forme de méditation. Lorsqu’on le fait avec quelqu’un qui est dans la même pratique, il est absurde de parler de transaction (ça équivaut à échanger 2 € contre … 2€). On peut plutôt parler de symbiose.

5 J'aimes

« Les femmes ont moins besoin de sexe que nous »
Les centres d’intérêts des femmes prouvent que non. 90% de leur vie tourne autour de leur désirabilité et de leur valeur sexuelle.
L’homme quant à lui cherche systématiquement à s’élever (quand il maitrise ses pulsions).
Quand elles disent qu’elles ont moins besoin de sexe, c’est un gros mensonge.

1 J'aime

Cette différence de centre énergétique n’est pas censée à mon avis nous résoudre fatalement à avoir besoin plus de sex que les femmes.
Le plus gros problème avec l’homme et la femme, est d’atteindre la maitrise et la conscience de sa sexualité. Pour l’homme, il s’agit a minima d’atteindre l’orgasme conscient et d’injaculer. Pour la femme, il s’agit a minima d’atteindre l’orgasme. La poursuite et l’atteinte de ces objectifs est gage d’ satisfaction sexuelle dans les deux cas nécessaire à l’épanouissement.

Comme je l’ai écrit dans mon précédent post, dans une société spirituellement misérable comme la notre, c’est sûr que des rapports transactionnels primaires s’installent pour tout et rien (sex, art, santé, éducation, tout y passe).
Dans une société avertie des connaissances les plus basiques du sex tao (comme c’était le cas dans la Chine antique), on vise probablement un peu plus haut.

3 J'aimes

Cela est contredit par le dysgénisme actuel, qui si je suis ton propos est la démonstration de l’incapacité des femmes à sélectionner les hommes qualitativement parlant.

source?

Je rappelle que le but du sexe à la base c’est la reproduction et la survie de l’espèce.
Donc la transaction sexuelle se centralise là-dessus.

Ce que l’homme et la femme ont à offrir sont dans l’optique de faire un enfant.

Donc cette question ne se pose pas (sauf si on prends en compte l’aspect spirituelle, et même dans ce cas la question ne se pose pas. Car dans ce cas c’est une transaction de plaisir partagé)

1 J'aime

Je cite ici Walter Block dans "Défendre les indéfendables "

De nombreuses formes de rendez-vous entre homme et femme ressemblent nettement au modèle de la prostitution. L’homme est censé payer le cinéma, le dîner, les fleurs, etc., et la femme est censée le payer de retour par des services sexuels. Les mariages dans lesquels l’homme assume le soutien financier et l’épouse les fonctions sexuelles et la tenue du ménage se conforment aussi assez nettement à ce modèle. En fait, toutes les relations humaines volontaires, des relations amoureuses aux relations intellectuelles, sont des marchés. Dans le cas de l’amour romantique et du mariage, la transaction se traite en termes d’affection, de considération, de gentillesse, etc. Le marché peut être heureux, et les partenaires peuvent trouver de la joie à donner. N’empêche que c’est quand même un marché. On voit bien que sans que soient donnés affection, gentillesse, etc., ou quelque chose, il n’y aura pas réciprocité. De même, si deux poètes « dépourvus d’intentions mercenaires » ne reçoivent « rien » l’un de l’autre, leurs relations aussi tomberaient à rien.

4 J'aimes

Les femmes ne nous ont pas dupé en inventant un principe marketing les gars.

Ce que décrit Tugan peut être résumé en deux mots : sélection naturelle.
La nature promeut les meilleurs, les plus puissants.

Si vous avez l’impression que les femmes ont le monopole du sexe, c’est que vous n’êtes pas assez puissant.
Quand on fait partie des 20% des hommes les plus puissants, les femelles se battent littéralement pour être à vos côtés et recevoir votre puissance.

Les concours de beauté? C’est le ring pour les femelles. Elles sont prêtes à s’étriper pour avoir le diadème. Pourquoi? Parce qu’être reconnue comme la plus belle augmente sa valeur et donc ses chances d’être choisie par un homme puissant. Exactement comme Melania avec Donald.

Quand la femelle marchande ses services, c’est que vous n’avez rien d’autre pour elle que votre pognon.

De nos jours en Occident, il existe des femelles qui marchandent alors qu’elles ne sont pas à la hauteur. C’est l’effet tinder et l’illusion d’abondance. Et c’est de pire en pire.

18 J'aimes

T’as tout résumé. Quand t’as l’argent, le statut social et le manche, tu n’as jamais faim.

Elles ne peuvent se le permettre tout simplement parce que la valeur de l’homme a drastiquement baissé ces dernières années (à cause du féminisme, tinder, instagram…). Ça me rappelle la vidéo de Jean-Marie sur les mecs qui étaient prêts à payer 200 euros pour qu’une fille accepte de boire un café avec eux et leur donne une bouteille d’un litre de pisse…

4 J'aimes

Comment peux-tu arriver à concilier les deux affirmations suivantes :

  • les femmes pratiquent la sélection naturelle
  • la valeur des hommes (moderne) baisse

Si les femmes sélectionnaient correctement les hommes, je ne m’opposerais pas à ce que le sexe soit une ressource détenue par les femmes.
Or, aujourd’hui avec la fin du patriarcat, les femmes sélectionnent -> et les gènes dépérissent.

Si une femme te demande de lui prouver ta valeur, tu perds déjà ta position dominante.
C’est à toi de la sélectionner, pas l’inverse.

Le sexe c’est toi qui l’offre au femmes, et pas l’inverse.
Ou alors il ne faut plus se présenter en tant que dominant dans la transaction.
Si tu n’accordes pas de valeur à ton chibre, la femme le fera à ta place avec son vagin, et tu te trouveras en position de demandeur, et donc de dominé.

Ce n’est que mon point de vue, mais il m’est plutôt favorable dans la pratique.

Sinon je suis d’accord avec le reste de ton propos, mais ça n’a pas vraiment de rapport avec le message que j’essaie de faire passer :slight_smile:

Bonne journée !

1 J'aime

Je vais juste donner mon avis vis à vis des relations sexuelles sans parler d’énergie, j’ai bien la formation car elle fait partie du pack complet mais je n’ai pas encore pris le temps de l’étudier.

Donc moi je suis mais à 500% convaincu que la femme Française en général (n’oublions pas qu’il y a toujours des exceptions) à moins besoin de sexe que l’homme.

Tout dépend également de la situation et à quel endroit on se trouve dans l’histoire d’une relation (ou d’un couple).
Au début la femme ne s’oppose pas au relations sexuelles, au contraire il lui arrive d’initier la chose.
Quelques années passent l’homme est bien accroché à elle et est prêt a dépenser beaucoup (argent énergie, temps…) pour la garder. Et c’est là que la fréquence des rapports sexuels baisse, que les migraines apparaissent, la fatigue et toutes les autres excuses. Alors qu’elle prenait son pied avant et que les performance de monsieur n’ont pas baissées .

Si le couple décide d’avoir un enfant, c’est le coup de grâce, sans même prendre en compte le manque de temps ou la fatigue, les hormones de la jeune mère réduisent sa libido. Et ça peut durer tant que l’enfant vit dans le foyer!

Un autre point dont je suis convaincu c’est que les femmes maitrisent mieux leur envies et sont plus capables de se retenir. Ça concerne toujours encore particulièrement les Françaises.

Pourquoi je pense que ça concerne plus les Françaises? Tout simplement une question d’éducation, d’enseignements, école, parents, religions qui ont défini une certaine évolution dés le plus jeune age. ensuite il y a l’image de sois et l’acceptation sociale, elles ne veulent pas se faire traiter de salopes, le français est très vite choqué et va vite crier au loup alors qu’il a vu une souris!
On a aussi les mouvement féministes qui ont leur impact sur toutes les femmes même inconsciemment.

Depuis que je suis ado j’entends les femmes dire « les hommes ne pensent qu’a ça ». Ce qui sous entend bien sûr qu’elles y pensent bien moins.
100% des mecs en couple que j’ai interrogés m’ont avoués qu’il ne sont pas satisfaits du nombre de rapports sexuels qu’ils ont avec leur femme l’un d’eux m’a dit « on a tous le même problème ».

Un seul gars que je connais s’était plaint du contraire c’est sa copine qui en voulait tout le temps, mais elle était Allemande!

Coté femme quand je parlais d’éducation pour la génération Y ou le début au moins, il y en a beaucoup qui étant jeunes n’ont pas découvert leur corps, ne se sont jamais masturbées de leur vie. On leur a appris que le sexe c’est mal, psychologiquement ça laisse des traces à vie.

Une fois séparée de mon ex on a discuté car niveau sexe elle n’avais plus d’envies vers la fin de notre relation. Elle m’a dis que ça lui arrivait d’avoir un peu envie mais qu’il lui suffit de ne pas y peser pour que ça passe, et je vous garantie qu’elle ne connais pas la masturbation! Alors que l’homme à généralement du mal à se retenir.

Ma sœur ainée malgré un peu plus de 40ans et son défunt mari ont toujours été portés sur le sexe. Il nous a quitté il y a 2 semaines, décédé d’un cancer du pancréas, ma sœur m’avais dis que durant cette dernière année elle a toujours encore eu des envies mais évidemment il ne se passait plus rien.
Elle m’a aussi parlé d’une connaissance qui a plus de 50ans qui est divorcées depuis 13ans et n’a pas eu une seule relation sexuelle depuis.

Et d’un autre coté ma seconde sœur elle est active elle à toujours dit « je peux ma passer du sexe » mais tout ce qu’elle fait prouve le contraire.
Une autre connaissance m’a aussi avouée enchainer les plans culs. Mais ça concerne des relations courtes.

Donc je connais les deux extrêmes mais en faisant la moyenne j’en ai conclu qu’il y a peu d’hommes satisfaits par une femme Française.

J’en ai pas parlé mais l’émotionnel, les expériences passées, l’évolution hormonale jouent surement un rôle très important aussi.

Je crois que ont pourrait étudier les infidélités et leur motifs. L’homme trompe plus pour du sexe? La femme trompe plus pour d’autres intérêts?

La femme sais aussi le pouvoir qu’elle à, elle sait qu’elle peut manipuler les hommes grâce au sexe, et l’utilise comme monnaie d’échange que ce soit dans un couple, au travail ou dans n’importe quelle situation ou ça lui sera profitable. en être consciente c’est bien pour en tirer profit mais en même temps ça dévalorise la femme et l’acte sexuel devient une transaction, ce n’est plus un acte d’amour et sensualité. Forcément de ce point de vue ça donne moins envie :wink:

3 J'aimes

T’as tout résumé,
j’ajouterai que tant que les hommes n’accorderont pas de valeur à leur bite, et qu’elle sera considéré comme gratuite par les femmes, elles garderons ce pouvoir.

La française sait que dans notre époque, même si elle se dévalorise (« je suis chiante, je sais pas cuisiner, blablabla ») il y aura un français qui pense qu’il a le devoir de la mériter, et qui va faire des pieds et des mains pour avoir le droit de baiser.
Ce non-besoin de sexe de la part des femmes est simplement un comportement inconscient pour placer l’homme en état de demande, mais elles en ont autant besoin que nous.
(il suffit de voir comment une femme mal-baisée peut être insupportable)

Dès que tu leur fait sentir que le sexe elle doivent le mériter, là d’un coup elles perdent tous leurs moyens.

C’est triste mais tant que les hommes n’accorderont pas de valeur à leur bite, c’est la femme qui dominera la transaction sexuelle. et elles le savent inconsciemment et alimentent ce système de « les hommes pensent plus au sexe que nous » pour garder ce monopole tout simplement.

2 J'aimes

Von ne dit pas que la selection naturelle est « correct ». Il est également risqué de lui faire dire que la sélection naturelle se fait par les femmes. Elle se fait certes à travers leurs choix.
La sélection naturelle permet des tas d’anomalies. D’autant plus lorsqu’elle n’est pas tout à fait naturelle, comme dans notre société aliénée.

2 J'aimes

En fait l’homme et la femme ont un besoin équivalent d’épanouissement sexuel

L’homme a un besoin de pratique sexuelle compulsive liée à la non-gestion de l’énergie… Ou peut-être plutot au racourci que représente l’éjaculation. Je m’explique.

Quand une femme ressent des désirs sexuels qui ne sont pas assouvis, ceux-ci se dilluent dans le corps. Ils peuvent se cristalliser sous diverses formes, ce qui fait que la femme apprend au cours de sa vie à composer directement avec sa frustration sexuelle, et à faire quelque chose de ces frustrations (positif ou pas).

Quand un homme ressent des désirs sexuels inassouvis, il se branle et éjacule. L’énergie sexuelle est constamment déversée dans des petits mouchoirs ou des chaussettes, si bien que l’homme n’apprend pas à gérer l’énergie. Dès qu’il y en a un peu trop, il la fait sortir.
Rapidement, la simple masturbation devient moins efficace pour drainer l’énergie, puisqu’elle ne s’accompagne meme plus d’orgasmes. La relation sexuelle devient alors LA solution pour drainer ce « trop plein » d’énergie.
La femme, elle qui a dû apprendre à gérer son énergie (par défaut puisque l’éjaculation ne constitue pas chez elle un tel raccourci), ne ressent pas la même détresse.

En bref, l’homme moderne apprend à juter à chaque fois qu’il en a l’occasion, pour gérer son énergie, alors qu’il devrait, comme la femme et comme JM nous l’enseigne, apprendre à la canaliser.

Nous ignorons quelle serait la nature des relations homme-femme, dans un monde où l’homme ferait ce qu’il est supposé faire a minima de sa bite.

5 J'aimes

Ce texte décrit toute forme de relation comme une relation transactionnelle et c’est pertinent.

On peut maintenant imaginer deux types de transactions sexuelles:

  1. Du sex échangé contre autre chose (argent, sécurité, tournedos Rossini, …)

  2. La femme donne le sex en échange de sex.

On est tous d’accord, je pense, pour dire que l’option 1 représente une réalité dans le monde qu’on connait mais que sa nature un peu primaire ne nous promet pas des masses d’épanouissement. Baiser des putes toute sa vie, c’est mieux que rien mais on peut aspirer à mieux.

L’option 2 semble être le deal idéal. Pourtant pas utopique. Nous sommes aujourd’hui une communauté d’hommes (à 99% au moins), à la poursuite de leur épanouissement sexuel (respectif). A terme, quand on aura des performances sexuelles digne des plus grands yogis et maitres tao, il nous faudra des gonzesses qui ont un niveau de conscience à peu près équivalent et qui sont dans les mêmes pratiques et donc dans la même recherche.
Et si elles sont dans la même recherche, la transaction suivra logiquement le modèle n°2. Déjà parce qu’on aura les mêmes objectifs, mais aussi parce que nous ne serons plus dans cette détresse éjaculatoire à laquelle est conditionné l’homme moderne.

J’ai dit.

2 J'aimes

Oui la question que je me pose c’est est-ce que la femme d’aujourd’hui gère encore ses pulsions sexuelles comme la femelle d’il y a 10000ans par exemple.
Et Même question pour l’homme ? Ou bien est-ce la société moderne qui a perverti totalement la rapport au sexe des hommes en hypersexualisant tout film, pub, business…

En y pensant le sexe est aussi un outil de manipulation hyper puissant et qui a plus d’emprise sur les hommes.

3 J'aimes

Difficile de répondre, mais je dirais qu’a priori, le rapport au sex n’était pas forcément moins bon avant. Je dirais déjà qu’il y a un avant et un après le monothéisme. Je ne suis pas sur que, même en Inde et en Chine antiques, une société ait pu construire un rapport réellement sain au sex. En revanche, les religions monothéistes détiennent probablement le record du rapport au sex le plus malsain et l’ont répandu à travers le monde (mention spéciale pour les Dogons qui coupent les clitoris).
Si on remonte 10’000 ans en arrière on est au Néolithique et du coup on a peu ou pas d’infos sur les pratiques sexuelles de cette époque.
En revanche, à partir de l’antiquité, on sait que les Sumériens déjà pratiquaient la méditation. Le sex tao et le tantrisme indien remontent aussi à l’antiquité.
Dans les mondes romains et grecs, même si le mariage était monogame, les hommes comme les femmes étaient libres de baiser avec qui ils l’entendaient.

Cela dit il est très difficile de se représenter le quotidien des gens dans l’histoire et encore plus quand il s’agit de leur intimité.
On sait qu’à partir du Moyen-âge c’était ceinture et que même la masturbation était interdite. D’ailleurs notre société en souffre toujours. La « libération sexuelle » de 68 n’est qu’un basculement irréfléchi vers une autre extrême. Mais on hérite irrémédiablement du millénaire de misère sexuelle dans lequel nous a plongé la culture judéo-chrétienne.

2 J'aimes