Les tribulations d’un gaulois en Chine : sodomie au beurre salé

Avant de commencer mon fabuleux récit, je crois que la première chose à faire est de se présenter. Après tout comme le dit nôtre bien aimé gourou, c’est bien la moindre des choses entre gentlemen.

Expatrié en Chine depuis plusieurs années, père de famille marié à une femelle locale rencontrée au Frankistan, je me suis mis aux pros (aux putes, en opposition aux civiles) depuis quelques temps déjà. J’ai eu des expériences plus ou moins interessantes, dont certaines d’entre elles mériteraient d’être racontées, notamment celles du bar a putes Mongoles de la capitale chinoise où j ai fini une fois avec deux avions de chasse sur moi pendant que mon meilleur ami se faisait pomper son dard de compétition (cette affirmation est certifiée par la dite pro) par une mongole que Gengis Khan lui-même aurait rêvé de chevaucher.

Enfin bref, sans être un veteran de la péripatéticienne, disons que je me suis fait plaisir depuis quelques temps deja. Malgré ça, il y a un fantasme qui me tenait particulièrement à la bite à coeur et que je n avais pas encore réalisé : enculer un petit cul de femelle .

Pour rien vous cacher, j’avais travaille mon épouse depuis quelques années déjà sans succès. Cependant il y a quelques mois ma tendre moitié me pris par surprise en me demandant de lui faire la rondelle. Pris au dépourvu je l’ai mal préparé et ce n était pas rentré. Depuis cette occasion manquée j ai réessayer à plusieurs reprises sans grand succès mais je ne désespère pas, les voix du Seigneur sont peut être impénétrables, mais je prie pour que le cul de ma femme ne le soit pas.

Alors vous allez me dire, pourquoi ne pas avoir casser le cul d’une pute ? Eh bien figurez-vous que les salopes le prenant dans la boite a caca en Chine, ça court pas les rues. Il y en a bien une qui le fait, une miss de renom, connu sur la scène locale comme étant une sainte (!). Décrite comme une MILF de 37 ans, très GFE et PSE, les photos sur son site et les reviews sur le net donnaient envie de s’adonner au péché. Chose à savoir, on ne voyait pas son visage et elle proposait des prix pas très catholiques sans nego possible à minimum 400 dollars pour 1H et multiple shots anal. Problème : elle ne fait que de l’outcall. Et aller à l hôtel en Chine quand tu es marié, c est vraiment pas pratique pour plusieurs raisons. Et un jour béni, miracle : ma femme part une semaine en vacances chez ses parents avec mon fils ! L’occasion parfaite d’enculer enfin un cul de femelle et d’assouvir mon plus cher fantasme se présentait. A moi le cul de la Sainte impératrice de Pékin ! Ni une ni deux, je la contacte et fixe un rdv mardi soir 20 heures (hier donc) pour une heure de folies.

Le jour saint arrivé, impatient d’être au soir et de sodomiser la salope, j’étais quand même nerveux à l’idée de faire venir une pro chez moi et de l’enculer sur le lit conjugale. 19h45, je sors de chez moi et lui dit que je vais la chercher à la sortie du métro. Arrivé au lieu du rendez vous, j attends quelques minutes et vois s’avancer une cougar encore pas mal pour son âge et assez élégante. Elle monte sur mon scooter, on fait le chemin et discute tranquillement. Remarquant ma nervosité du au fait de ramener une pute chez moi, elle fait son possible pour me détendre. Parlant un anglais irréprochable avec un petit accent de salope, elle me fait en confiance et j’en bande déjà. Une fois sur le lieu du crime, bonnes et mauvaises surprises : elle a bien respecté ce que je lui avais demandé et enfile une guêpière noire bien bandante. Par contre elle est sûrement plus proche des 47 ans que des 37. Etant assez attire par les milfs bien conservées, ça ne m’a pas trop dérangé. Et après tout en levrette, on voit pas trop la différence. Elle m’attrape et m’amène dans la chambre. Elle met les choses au clair de suite : tonight I am your thing, you can do whatever you want with me and tell me to do what you wish. Let’s just do whatever you want, touch me how you want. It s for relaxation enjoy the moment don’t be shy . Saintes paroles !

Je lui indique donc de commencer par une gorge profonde. Elle s’agenouille et me demande si je veux une capote, je lui répond que oui. Je sais c’est gâché, mais je préfère ne pas bader niveau MST, ma prostate se souvient encore d’une de mes soirées au bar à putes mongoles… Moi assis sur le rebord de mon lit, elle s’agenouille entre mes jambes et s’ensuit ensuite un festival de suçage de gland et dirty talk. Gentlemen, je lui fout le bout du majeure dans le cul. Elle me demande par quoi je veux commencer : baise regular ou direct anal. Trop excité à l’idée de l’enculer et ayant peur d’envoyer la purée en 2 secondes, je lui dis de commencer par un cowgirl. La demoiselle sait y faire ! Si bien que j’ai du mal à me retenir et préfère finir en doggy. Elle me dit de plutôt l’enculer : qui étais-je pour refuser ? Et là le moment tant attendu depuis mes premières branlettes se présente : une bonnasse en doggystyle me présentant son trou de balle: Je lui enfonce mon pouce dedans sans sommation et là surprise qui n’aurait pas dû en être une : ça rentre très facilement et sans lube. Je lui demande si elle veut que je l’encule a sec elle me dit de mettre un peu de lubrifiant. Je lui lubrifie le trou et le moment tant attendu arriva : je dispose mon gland contre son anus et pousse. Nouvelle surprise et déception : ça rentre comme dans du beurre. Elle me dit d’y aller doucement, apparement elle a plus de sensations que moi. Je sens bien que c’est different d’une chatte mais sans plus, je me sentais presque plus serré dans son vagin que dans son cul. Un fois toute ma bite entrée j’y vais franco, la cougar encaisse sans broncher. J’avais l’impression de jeter une saucisse dans un tunnel de métro. Déçu du manque de sensations, je dure quelques minutes et finit dans son cul. Après une courte pause c’est reparti : suçage avec capote et elle a l air surprise quand je lui dis que je veux de nouveau l’enculer en levrette, mais après tout c’est pour ça que je la paie la salope. Cette fois, malgré ma bite enfin dans un cul de femelle l’envie n’y étais pas, je l encule encore et encore mais je sens que ça ne viendra pas, déçu du manque de sensation et de l’aspect psychologique. Je lui dis que ça ira pour aujourd’hui, que je n’ai plus envie, elle s’excuse pensant qu’elle m’a mis mal a l’aise. Je lui file ses 400 dollars et elle repart, à peine 30 mins après être arrivée chez moi.

Morale de l’histoire : finalement, c’est vraiment plus bandant psychologiquement d’essayer de souiller sa femme en l’enculant que de sodomiser une milf asiatique en fin de carrière. J’ai hâte que ma femme revienne et d’essayer à nouveau avec elle, j’aurais surement plus de sensations si j’en crois mon index serre dans son cul contrairement a mon pousse qui nageait dans le vide du cul de la milf.

PS : Jean-Marie si tu me lis, j’ai été ravi de voir que tu achètes du Pjur pour l’anal aussi, j’en ai acheté hier avant de découvrir que tu le recommandais. Il me reste plus qu’à l’essayer sur mon épouse.

9 Likes

Hi bro,

Thank you for your topic. I add it to the DBL World Map.

Have a nice evening