Je vais te DONNER le SECRET du bonheur

Ce n’est pas une blague frérot.

J’ai vraiment trouvé le secret du bonheur. :hear_no_evil::hear_no_evil:

Bien-sûr, il ne s’agit pas d’une chose unique à connaître pour être heureux; tu te doutes que c’est bien plus que ça.

Des milliers de philosophes ne se sont pas cassés les dents sur cette notion pour qu’un petit con de 23 ans vienne tout niquer en résumant ça en une seule phrase.

En fait, je suis en train d’écrire un livre sur le sujet. :closed_book::closed_book:

Ça ne va pas être un eBook écrit à l’arrache pour gagner quelques dizaines d’euros ci et là sur Amazon.

J’ai de vrais ambitions pour ce livre: je veux qu’il devienne un best-seller. :books::books::pound::pound::pound:

Et je te le présenterai…

Mais en attendant (work in progress :mechanical_arm::mechanical_arm:), j’aimerais savoir une chose.

Es-tu heureux? :thinking::thinking:

Je sais, c’est une question difficile. Comme disait Talleyrand:

« Oui” et “non” sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen. »

Quoi qu’il en soit, ça m’intéresse vraiment de savoir ce que tu ressens.

On parle beaucoup d’argent et de business sur DBL (à juste titre), mais rarement de bonheur. Il ne faut pas oublier qu’à travers le confort matériel et la sécurité, nous essayons de construire notre bonheur. :hammer::hammer:

Alors, es-tu heureux?

En ce qui me concerne, je peux dire que je le suis.

Hâte de te lire en commentaire. :speech_balloon::speech_balloon:

Massiva

6 Likes

Oui :grin:

2 Likes

« L’enfer c’est de se lever tous les matins et te demander pourquoi t’es là ! » (Sin City)

Aujourd’hui je me lève chaque matin avec un objectif, une mission, une raison de vivre.

Est-ce que ça me rend heureux ?
Ça donne un sens à ma vie, en tout cas.

Je pense que je serai réellement heureux une fois expatrié, et que j’aurais fondé une famille.

Mais d’ici là, c’est pas si mal.
Car ma vie a désormais un sens.

4 Likes

Pas mal :wink:

C’est un élément important du bonheur en effet

2 Likes

Non

Les bordels sont toujours fermés …:cry:

8 Likes

Tu soulèves des points très intéressants, je suis justement en train de les mettre dans mon bouquin :wink:

On ne peut bien-sûr pas être heureux tous les jours, en tout temps et en tout lieu: celui qui affirme ça est soit un menteur soit un illuminé. Le tout est d’essayer de garder une bonne moyenne de bonheur tout au long de sa vie.

1 Like

Je ne suis pas heureux de mon côté.

Certes, j’ai trouvé un but dans ma vie, je sais pourquoi je me lève le matin et j’aime travailler pour atteindre mon but.

Mais j’estime ne pas pouvoir être heureux tant que les membres de ma famille ne sont pas mis en sécurité.

Et je vais aller encore plus loin : je ne peux pas être heureux en ne bénéficiant pas d’un apport matériel suffisant pour vivre.

Donc pour l’instant, je travaille pour être heureux et libre.

2 Likes

Je ne sais pas et je m’en branle.

L’important est que sur mon lit de mort je puisse me retourner sur ma vie et être fier du travail accompli.
Je veux être satisfait de ce que je lèguerai au monde, et laisser ma lignée plus haut que là où je l’ai trouvée.

Et d’ici à ce que je sente le frisson de la mort sur mon échine, la question du bonheur m’importe peu, et je la laisse volontiers aux femme, aux enfants et aux animaux.

Je suis un éternel insatisfait, et c’est justement ce qui me tire vers le haut.
Et quand j’aurai atteint mes objectifs, je m’en fixerai d’autres encore plus durs à atteindre.

Ceci dit je pense que c’est un marché intéressant, au vu des générations de jouisseurs édonistes que le confort de la modernité a engendré.

Il faut que tu sois très précis dans le ciblage de ta clientèle, et que tu adaptes ta stratégie marketing en conséquence.

Par simple curiosité, à qui s’adresse ton bouquin?

3 Likes

C’est mon avis, mais à mes yeux le bonheur n’existe pas. Ou plutôt, il a cessé d’exister.

C’est une vision triste de la vie mais je pense que l’on est réellement heureux que lorsqu’on ne se soucie pas du temps, pas de responsabilités, pas du regard des autres et pas de la douleur (je m’arrête ici la liste est longue). C’est à dire lorsque l’on est enfant (pas plus de 10 ans).

On peut être heureux après cet âge et heureusement, cependant on l’est pour d’autres raisons, moins pures je trouve. Et c’est pourquoi j’affirme que le vrai bonheur se situe dans l’enfance et ne nous est plus accessible depuis un moment.

Ma meilleure preuve se situe dans vos souvenirs, la période dont vous êtes probablement la plus mélancolique de votre vie (à part si vous avez subi des traumatismes) c’est votre enfance. Je suis ouvert aux débats, faites-moi part de vos impressions là-dessus.

La bise,
Yohan.

3 Likes

Salut les gars, sujet vraiment intéressant.

Je trouve les commentaires de @Barthelemy-G1 et de @Yohan_G1 très pertinents.

Je pense qu’il ne faut pas essayer de trouver le bonheur pour l’atteindre. Il viendra à nous naturellement grâce aux actions que nous accomplissons dans notre vie.

Dans notre époque de société de consommation, les gens pensent que pour être heureux, il faut qu’ils se procurent le dernier smartphone à la mode ou autres conneries dans le genre. Depuis tout petit, on nous inculque par le biais de nos parents, des médias ou de l’éducation nationale que la réussite et le bonheur c’est de faire de bonnes études, trouver un bon travail, acheter une maison, faire des gosses, avoir un chien et fermer sa gueule. Je ne pense pas qu’on puisse être heureux dans ces conditions, surtout en France.

Mais comme l’a bien dit Barthelemy, on est pas sur Terre pour être heureux. On doit avant tout apporter un maximum de valeur. Et c’est en apportant de la valeur qu’on deviendra heureux et fier de nous. Pour cela, il y a qu’une seule chose à faire : travailler. Je suis convaincu que le travail rend libre et heureux.

Voici ma vision du bonheur qui est un peu similaire à la votre.

N’hésitez pas à me dire si vous êtes d’accord ou non.

En vous souhaitant une bonne fin de journée.

Fraternellement,

Romain.

2 Likes

Vaste question.
Qu’est-ce que le bonheur ?

@Yohan_G1. Je pense que tu idéalise l’enfance. Je ne suis pas sûr que l’insouciance soit synonyme de bonheur. C’est l’idée qu’on peut s’en faire quand regarde les enfants jouer et rire, mais demande à un enfant si il est heureux, ou si il est dans le bonheur, je pense qu’il aura autant de mal à te répondre que nous. Perso, avec le recul je ne dirais pas que j’étais heureux quand j’étais petit.

Pour le reste, j’aime bien la réponse de l’observateur à la question du bonheur. Il y a des points intéressant du moins.

Après rechercher le bonheur ou la « béatitude » dans les spiritualités orientales, perso j’ai du mal.
Le père « Joseph Marie Verlinde » qui à été pendant quelques années le disciple de Maharishi Mahesh Yogi (le gourou des Beatles), dit après avoir été très loin dans la pratique spirituelle orientale, que certes on apprend à ne plus souffrir, en s’efforçant de ne plus rien ressentir, mais par la même occasion on finit par ne plus être capable d’aimer. Combien de moines vivent comme des ermites ne supportant presque plus le contact avec les autres.
Il à quitté à tout jamais les spiritualités orientales, et est revenu à l’église catholique (bon ça c’est un autre débat).

Amicalement

Merci pour vos témoignages. C’est intéressant de voir qu’il n’y a aucun consensus sur ce qu’est le bonheur, comment l’atteindre, et même sur son existence.

Ça me conforte dans l’idée qu’écrire ce livre est essentiel et vital, pas seulement pour les « générations de jouisseurs hédonistes que le confort de la modernité a engendré », mais pour tout le monde.

Les disciplinés comme les zouaves, les riches comme les pauvres, les gens intelligents comme les idiots… autant de personnes qui ont besoin d’élever leur conscience sur le bonheur.

Du coup la question elle est vite répondue :wink:

En tout cas ça me rappelle la vidéo de Jean-Marie sur l’amour. Un abonné avait dit qu’il ne croyait plus en l’amour, et JM l’avait « recadré » en lui donnant une meilleure définition de l’amour. Je pense que c’est pareil avec le bonheur. On a pas forcément une définition claire de ce que c’est, et sans définition, c’est compliqué de l’atteindre

On pourrait en parler pendant des heures, ça peut être intéressant. Mais je vois que vous êtes assez catégoriques dans votre conception du bonheur. C’est bien, mais parfois il faut savoir faire preuve d’une certaine souplesse d’esprit.

Comme disait Nietzsche:

Les convictions sont des ennemis de la vérité bien plus graves que le mensonge.

1 Like

Honnêtement je n’ai pas été heureux pendant une longue période.

En dépression de 2016 à 2020. J’en suis définitivement sorti depuis début d’année, si j’en suis certain c’est qu’avant les phase où ça allait duraient max 1 mois alors que là ça fait 8 mois.
Et malgré l’histoire avec mon ex qui venais s’exciter sur moi après le passage de son vieux impuissant et ses séances bdsm, j’aurais du retomber si je n’avais pas passé le cap.

Je crois que cette année j’ai été vraiment heureux quand elle venais pour ça… enfait il ne me faut pas grand chose, juste du sexe :joy: :joy: :joy:

Non j’ai aussi été heureux de la réaction d’une super nana à qui j’ai offert des trucs uniques réalisés par mes soins. Faire plaisir me rend aussi heureux.

Voilà sinon le secret du bonheur c’est de n’avoir aucune attente et de tout accepter sans émotions, être un robot peut-être ?

Si ton bonheur dépend d’une tiers personne et de son entrejambe, tu ne sauras jamais heureux comme ca.

Ta source du bonheur est en toi et ne dépend de personne d’autre :upside_down_face:

2 Likes

Pour moi le bonheur c 'est de faire tous les jours ce pourquoi on est fait . Suivre sa légende personnelle.

Tout le monde en à une, une fois trouvé tout devient plus clair et là on avance vers un bonheur infini .

Le tout est de prendre plaisir tout au long du chemin

1 Like

Je le sais bien, on me l’a répété et je comprend bien mais je n’arrive pas à être bien en étant seul.

J’apprécie de passer du temps seul, bosser seul, une promenade seul. Mais pas dans les moments de joie, j’aime partager mes moments pour les apprécier, un resto seul ça m’emmerde, un voyage seul aussi etc…

Je ne sais pas d’où ça vient mais je pense que c’est profond, quelque chose dans mon enfance qui a créer cette dépendance. J’ai pensé à ce problème il y a longtemps et je ne vois pas de solution, c’est difficile de reprogrammer son cerveau en tout cas ça l’est pour moi sur ce point précis.

Quand à la dépendance de la femme ou de relations sexuelles je pense qu’il y a la programmation génétique mais aussi le plaisir que je cherche à partager.

Bon les femmes ça a aussi été un sujet très problématique pour moi, car grandir avec deux sœurs plus âgées qui se moquaient etc, j’ai grandi en pensant que ce n’était pas bien d’être amoureux…

Je ne cherche pas d’excuse, je n’ai pas su gérer ça durant mes jeunes années jusqu’à maintenant.

2 Likes