Injaculez-vous vraiment ?

Bonjour à tous,

Depuis les vidéos de Jean-Ma je n’éjacule plus, j’injacule quasi-systématiquement. Du moins c’est ce que je croyais. L’autre jour je me suis branlé, puis après avoir fini (par une injaculation donc) je me suis demandé où allait le sperme puisqu’il ne sortait pas.

J’ai donc posé ma question à Google.

Il ressort une chose intéressante : la différence entre injaculation (où le sperme finit dans la prostate semble-t-il) et éjaculation rétrograde (où il finit dans la vessie puis est évacué quand on pisse). Connaissiez-vous cette différence ?

Il est évident qu’il y a perte d’énergie quand c’est une éjac rétrograde, et qu’il faut donc l’éviter. J’ai voulu en avoir le coeur net. Une technique recommandée pour faire la vérification est d’observer l’opacité de sa pisse après la potentielle « fausse » injaculation, et de la comparer à celle de sa pisse en temps normal.

Voici le résultat en image : c’est sans appel.

Alors pourquoi ça foire ? Tout le bénéfice de l’injaculation est perdu et je n’ai eu qu’un effet placebo (qui vient par ailleurs de disparaître).

Je n’ai pas pu identifier s’il s’agit d’un problème de timing au moment de l’orgasme, ou s’il s’agit d’un problème de muscle en lui-même (je ne contracterais peut-être pas le bon…).

Avez-vous rencontré ce problème ? Vos retours m’intéressent, Merci à tous

13 J'aimes

Quelques détails :
Quand je fais cette “fausse injac”, il n’y a pas une goutte qui sort. Je précise également que je débande une fois l’orgasme fini.
Lorsque j’approche de l’orgasme, je contracte le muscle PC à fond. Je dirais à peu près au milieu entre le point de non-retour et l’éjaculation en elle-même. L’orgasme est assez étouffé et les sensations pas extra, mais je contrôle.
Il se produit ensuite un 2e orgasme juste après, beaucoup plus puissant que pour une éjac normale. C’est sans doute le même orgasme en réalité car il vient vraiment tout de suite. Là je détends le muscle PC quelques secondes, ce qui crée le laisser-aller. Les sensations sont dingues et rien ne sort. Les spasmes sont sacrément forts, la pression fait grossir le gland à chaque spasme haha
Tac, je recontracte à fond.
Souvent ça s’arrête là. Une fois le muscle PC de nouveau détendu, il n’y a plus que quelques spasmes. Il m’arrive d’avoir un 3e mini-orgasme, qui vient exactement comme le 2e. Il est cependant beaucoup plus ténu.

Peut-être que cette phase de laisser-aller est la cause de mon problème…

4 J'aimes

Ce que j’aurais tendance à te dire Moriah, c’est qu’une urine trouble est quelque chose de parfaitement physiologique; c’est une caractéristique que l’on retrouve aussi chez les femmes, ça n’a - à ce que j’en sais - pas grand chose à voir avec la production de sperme.
Je pratique souvent des examen à partir des urines de mes patients. Ce que tu décris correspond à une visibilité clinique de la Clairance: C’est une mesure de la créatinine instaurée selon le rapport entre le débit d’élimination de la créatinine par les reins (à travers l’urine) et sa concentration dans le sang. Cet examen permet d’évaluer la filtration rénale.
La créatinine apparait dans le corps après dégradation des protéines permettant le travail musculaire; il te suffit de marcher pdt 1 heure et la Clairance décrira un rapport plus élevé.

Peu de rapport donc avec la semence, sauf si tu as eu une activité sexuelle particulièrement intense, et a fortiori si tu es fatigué.

Peut-être.

Je rajoute un élément.
La photo de mon 1er message a été prise il y a 1 semaine. Je viens de refaire le test.

Cette fois le 1er ET le 2e verre étaient troubles. Il y avait même de la semence qui flottait au milieu (miam), y compris dans le 2e cas 1h après l’injac. Bon là je ne vous fais pas de photo, vous imaginerez ce que ça donne.

Par chance, je n’ai fait absolument aucune activité physique aujourd’hui. Quand je dis aucune c’est que je ne suis même pas sorti de chez moi. Ceci dit, je ne sais pas si c’est suffisant pour invalider ta proposition.

Je pense qu’il y a quelque chose d’autre qu’une histoire de protéines usagées qui s’évacuent par les reins. Ca ressemble quand même beaucoup à l’éjac rétrograde.
Je ne suis pas non plus expert de ce concept.

Ah! Difficile pour moi de t’aider dans ce cas de figure…

1 J'aime

Très intéressant, vraiment.

Je suis curieux d’avoir l’avis de @Jeanma à ce sujet.

2 J'aimes

Salut :slight_smile:
Moi je me demande si le sperme remonte vraiment dans la vessie.
Ma sensation c’est qu’un peu de sperme part dans l’uretre / canal defferend.
Et qu’au moment de pisser, effectivement, une partie du sperme se mélange à la pisse.

Mais peut-être que je me plante.

Pour moi chaque orgasme sec est différent.
Et en gros : mieux je gère ma technique, moins je perds d’énergie.
La technique se gère pendant le sex (sex lent avec grosse circulation de sensations)
ET au moment d’arriver à l’orgasme (bien gérer son bloc couille et ses inspirations énergétiques)

Tant qu’on a pas une maîtrise parfaite, je conseille de commencer à contracter dès le franchissement de la phase de non-retour ET de sortir de sa partenaire pour “encaisser” le 1er orgasme, qui a lieux au moment de l’éjac’ bloquée.

Puis te remettre sa bite dans la partenaire pour tenter un deuxième orgasme dans la foulée.

tout çà en position missionaire évidemment (ou en doggy). Mais dans tous les cas le buste à la verticale.

C’est effectivement de çà dont je parlais.
Ce deuxième orgasme est plus puissant.

Ici s’arrête mes compétences. J’ai rarement le 3eme orgasme.
Mais en gros : voici mon hypothèse :
Si tu maintient la contraction sur le 2eme orgasme, tu auras plus de chance d’avoie le 3eme.

Une nouvelle théorie ! Quelle discussion passionante !!!

La conclusion que je peux pour l’instant vous donner :

Vous, et moi même, nous sommes en recherche.
Et nous le serons toujours.
Là on parle de prendre le contrôle de notre système nerveux,
pour séparer la sensation de l’explosion orgasmique de la perte de sperm (et d’énergie).

Vous imaginez le nombre de variantes à cette pratique ?
Le nombre d’alternatives ?
Ensuite, les différences physiologiques propres à chacun,
et les différences dans notre niveau de maîtrise ?

Si vous lisez des bouquins sur le sujet, vous verrez à quel point tout est toujours très flou.
Et moi même qui reste flou (vous voyez bien)
je suis peut-être un des gars qui parle le plus clairement sur le sujet.

On est dans le demaine de l’interne, de la méditation, du voyage intérieur.
On parle d’énergie parce qu’on est pas foutu de définir ce que c’est de manière scientifique.

Bref : continuez de vous poser des questions.
Et d’être le plus clair possible sur :
-les faits observés
-vos sensations
-les éléments péryphériques (sport, diététique, sommeil…) et les incidences sur votre corps

13 J'aimes

Hello,

Merci de ta réponse.

Avec la 2e expérience que j’ai décrite, je suis à peu près certain qu’il ne s’agit pas de quelques mL de sperme bloqués dans l’urètre. Il y en avait pas mal ce coup-ci (même après avoir pissé une 1re fois), ça flottait carrément.
La prochaine fois je contracterai du début à la fin et referai un test. Je pense que les sensations seront moins bonnes mais ça vaut carrément le coup d’essayer.

Pour faire un petit aparté au sujet des 2e et 3e orgasmes, je visualise ça de plusieurs manières : comme un accordéon, une respiration, ou une pince pour le grip. Plus ou moins n’importe quoi qui s’ouvre et se ferme, se remplit et se vide.
La contraction du muscle PC ferme l’accordéon, puis la décontraction l’ouvre (laisser-aller, grosses sensations). En fermant de nouveau, on peut aller chercher une autre ouverture un peu plus loin, ce qui correspond à un autre orgasme.
Le mec lambda qui éjac normalement se contente d’ouvrir à fond. Une fois au max il ne peut pas aller plus loin et ça se finit là.

Encore une fois je ne suis pas expert, ma façon d’imager les choses peut être bloquante à long terme. Mais bon, comme tu l’as dit : qui est vraiment expert ? Pas grand monde.

1 J'aime

Merci au Roi des Naines pour ces précieux conseils empiriques; ça servira à coup sûr ;]

En effet Jeanma, tu as raison; la semence ne rejoint pas la vessie. Même si la prostate et la vessie sont intimement “acollées”, elle ne se conjuguent pas en dehors de toute considérations physiologique. Le mec qui aurait un pont entre les 2 serait sacrément emmerdé, et clairement sujet à de nombreux désordres. Tout s’évacue in fine par le canal commun. Dans le meilleur des cas, la semence n’effectue pas son agglomérat jusqu’au bout et tout reste dans la prostate.

Le fait que les urines soient troubles est quelque chose de trés indépendant de la présence de spermes dans les urines - sinon ça voudrait dire que je n’ai jamais eu de femelles comme patiente. Dans le cadre d’une considération de la fonction seule, effectuée en dehors du cadre holistique, le travail des reins n’a rien à voir avec la production de semence. Elle traduit spécifiquement le filtrage des éléments du sang dans l’organisme. Les contrôles techniques urologiques demandent systématique “l’opacité” de l’urine pdt les contrôles - à savoir si elle est trouble, un peu, bcp, passionnément, etc…
Également, je ne suis pas rentré dans les détails. Le caractère trouble de l’urine dépend aussi de l’urée, de la glycémie, des corps cétoniques, de la densité, du ph, de la présence de leucocytes, etc… Mais ça ne reste qu’un filtrat du sang, non lié au travail prostatique, et qui se retrouve dans 4fois/5 des cas de constatation.

Par contre, si tu vois du sperme flotter, c’est un autre détail. A la sortie du corps, le sperme est composé d’un substrat hydrophobe, qui tend à se liquéfier lorsqu’il est dans le vagin, ou sur la peau. Pas étonnant donc que tu en retrouve à la surface de ton verre.

Je voulais éclaircir ce point pour que tu ne partes pas sur une mauvaise piste.

Mais tout ceci ne résout toujours pas en effet la question technique du sujet B]

Pas si simple ces histoires d’opacité.

Mais en effet, la question centrale reste la perte de sperme. Je suis certain d’en avoir perdu dans mes 2 expériences. L’urine n’était pas « simplement » trouble. Dans le 1er cas, on devinait une forme visqueuse translucide dans le fond (ça ne se voit pas trop sur la photo malheureusement). Dans le 2e cas ce n’était même pas translucide et ça faisait presque des morceaux (le genre de vieux sperme sec qui se désagrège un peu). Ca doit dépendre du temps que ça a passé à macérer quelque part à l’intérieur. Ce temps était plus long dans le 2e cas (2e verre à H+1).

Bon, quelle que soit la forme que ça avait, il y en avait. Faut poursuivre la recherche haha

Autre aparté parce que j’adore l’anatomie mais que je n’y connais rien : es-tu sûr que les 2 canaux ne communiquent pas ? S’il y a un canal commun au sperme et à l’urine c’est bien qu’ils communiquent à un moment. On voit bien sur le schéma ci-dessous qu’il y a une rencontre dans la prostate.

image_3939_400

Egalement sur ce schéma plus précis, où le tracé est plus discret :

tumeur-vessie-2

Pour moi, toutes les contractions du monde auront du mal à éviter que le sperme ne remonte. Ou alors il faudrait que le muscle PC écrase tellement la prostate que le sperme n’atteigne même pas le point central. Si tu t’y connais un peu, j’aimerais aussi savoir où se situe exactement le muscle PC. Je sais que chez l’homme il remonte pas mal à l’intérieur, alors que chez la femme il reste en surface. Est-ce que le sphincter de l’urètre est une partie du muscle PC ou n’a-t-il rien à voir ? Le petit muscle juste sous la prostate sur le 2e schéma. Ci-dessous la différence d’attache du muscle PC entre hommes et femmes pour ceux que ça intéresse.

Merci de ta participation dans ce fil.

3 J'aimes

Je pensais pas envoyer autant d’illustrations de bite dans un forum tout en restant sérieux haha

2 J'aimes

J’avais déjà fait la remaque à jeanma dans les commentaires d’une de ses vidéos.
Du point de vue anatomique c’est clair et net qu’il peut y avoir éjaculation retrograde (en réalité je pense que ça arrive a chaque fois, je vois pas d’autre solution physique sinon) quand on pratique « l’injaculation »
Le sperme se retrouve envoyé dans l’urètre prostatique, quand on contracte les muscles pc on fait une surpression dans l’urètre et on le fait remonter jusqu’à la vessie.
On peut pas bloquer le cordon spermatique avec nos muscles, c’est pas sur le trajet.

Bonjour inspecteur.
C’est aussi mon intuition et c’est quand même assez lourd de conséquences sur les bénéfices de l’injaculation.
Toutefois, je ne perds pas encore espoir car il semble que certaines personnes différencient ce genre d’injac foirée et la vraie injac. Je dis “certaines personnes” car c’est ce que j’ai lu vite fait sur un forum, mais rien de bien sûr.
Il faudrait aller choper plus de références sur le sujet.
Je n’en ai malheureusement pas le temps en ce moment.

Après il n’y a absolument rien qui prouve que la totale rétention apporte des bénéfices !
Si les sensations personnelles sont satisfaisantes et que les gens en ressentent des bienfaits (au même titre que le placebo) alors tant mieux, on peut pas leur retirer !
mais anatomiquement ça colle pas !

selon le livre de Mantak Chia, le sperme va dans la vessie et il n y a aucun risque. Ca veut dire que t’es sur la bonne voie. Comme dit Jeanma, encore un peu d’entrainement et c’est réglé.
Mantak Chi ne décrit pas concrètement ou va le sperme si t’as réussi l’injac. Il dit qu’elle « se disperse dans le corps et est réabsorbée ».

2 J'aimes

Oui personnellement il m’arrive la même chose que toi et tu fais bel et bien une ejac retrograde, j’ai arrêté de faire ça parce que même si ça marche bien ça fatigue et cet année les études de médecine avec le concours me prennent du temps.
Quand j’avais des rapports avec ma copine avant ça se déroulait en 2 phases :
-1) pénétration lente, un max de sensation, le pied, et montée d’excitation par vagues que je contrôlait en accélérant puis ralentissant et en faisant des cercles avec mon pénis plus ou moins appuyés. Puis je commençais à la frustrer car son orgasme à elle montait en même temps que le mien (je pense que l’énergie s’accumulait dans nos deux organes en contact)

Transition) voulant la faire crier et m’occuper d’elle comme il se doit je devait perdre totalement mon excitation, donc bloc couille juste avant de jouir, jusqu’à réussir, (2 ou 3 essais environ) mais pas trop tôt sinon mes sensations revenaient trop vite et je devait de nouveau m’arrêter de donner des coups de bassins au dernier moment (ça l’a bloquée quelques fois)

  1. après mon bloc couille (et ejac retrograde du coup) je pouvais bourriner comme une machine et la faire crier comme jamais, car je n’avais plus aucune sensation.

J’ai utilisé cette méthode pendant certaines vacances et ça épuise vraiment car tu te vide de ta semence un peu moins vite en ejaculant mais bon tu en perds quand même.
Depuis j’essaie de plus faire circuler l’énergie et je sens bien des frissons le long de ma colonne vertébrale mais hélas pas trop de temps pour m’exercer cette année.

Pour finir sur l’ejac retrograde normalement tu as une valve qui empêche le sperme ou l’urine de revenir dans la vessie mais chez certaines personnes elle doit être plus ou moins résistante, il ne faut pas oublier qu’il existe bon nombre de variations anatomiques.

4 J'aimes

Cette discussion est très intéressante … elle rejoint ce que je comprend …

tous le monde fait une éjaculation retrograde et travail avec pour au final ne pas avoir de période de réfractaire et ne pas avoir de débandage … Cette éjaculation différente est peux être la clefs .

Je ne vois pas comment le sperme peux aller ailleurs vu que le muscle pc est situer juste à la fin du processus d’éjaculation donc même en le bloquant avec le muscle PC il est déjà dans les tuyaux . ( cela se voit clairement dans les images )

2 J'aimes

L’éjaculation rétrograde est clairement une étape. Tu as pu constater qu’un grand nombre d’entre nous est passé par là et s’est posé plein de questions.

Ma théorie est qu’il est beaucoup plus facile de muscler son PC que d’apprendre à contrôler partiellement son système nerveux. Le résultat est qu’on arrive rapidement à l’éjaculation rétrograde, mais que l’injaculation prend plus de travail et d’engagement.

Si tu veux le voir, tu n’as qu’à t’entrainer et le faire par toi-même. Tu verras que tu jouis mais que rien ne coule et que tu perds ton barreau. Puis quand tu iras pisser tu verras que ta pisse est trouble.

3 J'aimes

je découvre ce topic et je vais partager mon experience voir comment ça recoupe vos explorations.

je confirme que le sperme peut aller dans la vessie, lorsque cela se produit , le fait d’aller uriner fait ressortir et ça se voit avec des bulles un peu visqueux qui ne se melange pas et flotte au dessus de l’urine .

Parfois c’est même irritant pour ma part quand ça passe dans la vessie et ça donne une envie de pisser même la vessie vide, obligé de rester aux WC pendant une vingtaine de minutes le temps que cette sensation de brulure / envie forte de pisser passe.

parfois c’est complètement sec et donc là je présume que l’injaculation est réalisé avec succès et cela se ressent car il n’y a pas de perte d’énergie, on peut repartir à l’assault assez facilement en peu de temps. Alors que lorsque ça part dans la vessie, je me sens plus fatigué et il me faut plusieurs minutes pour repartir.

Dans les deux cas il reste toujours un peu de liquide pré-séminal dans l’urètre qui est évacué aux wc.

Maintenant qui a déjà réussi à aspirer les secretions femelles par son urètre ? c’est une pratique très avancée de yoga, j’y travaille mais dieu que c’est compliqué ! et cela comporte des risques d’infection si la partenaire n’est pas clean. j’essaye en travaillant l’effet de pompe qui consiste à compléter le travail du muscle PC. Car il ne suffit pas de contrôler uniquement un muscle mais de coordonner plusieurs groupes musculaire du bassin / ventre pour y parvenir. comme les exercices de nauli en yoga

3 J'aimes

Je veux juste comprendre …

:arrow_right:Ici la conversation est plutôt pertinente car une personne imaginant faire de l’injaculation fait en faite une éjaculation retrograde !.

:speech_balloon: Ma théorie est qu’il est beaucoup plus facile de muscler son PC que d’apprendre à contrôler partiellement son système nerveux. Le résultat est qu’on arrive rapidement à l’éjaculation rétrograde, mais que l’injaculation prend plus de travail et d’engagement. :speech_balloon:
:arrow_right: Tout à fait le muscle pc est très facile a muscler on peux même se passer de se muscler et appuyer fort avec son doigt sur le périné .
Par contre pourquoi ne pas expliqué un peu plus la différence , le bon timing ou des conseils pour justement effectué une injaculation . Si tu y arrive explique moi et dans ta definition ne me parle pas de ce sue tu pense ou de méditation mais uniquement ce que tu fais , tes actions physqiue et ce que tu fais avec le corps .

:arrow_right:Si on suit le chemin du sperme si il sort des couilles ( désolé du langage grossier) il ne peux que sortir ou aller vers la vessie … On connait son chemin et le muscle PC est situer trop loin dans le processus . C’est un peu comme de dire je bloque le gland avec ma main en bouchant l’urètre ( cela peux marché aussi ).